Boris Brice Legba, lauréat du Prix AUF au concours international d’éloquence 2018

Boris Brice LEGBA1

Boris Brice Legba, étudiant à l’Université d’Abomey Calavi (Bénin) a reçu le Prix AUF dans le cadre du concours international d’éloquence organisé le 28 mai 2018 à Paris (France) par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’AUF. Boris est un passionné de l’art oratoire. S'exprimant avec aisance et une capacité de persuasion, Il a fait preuve de talent et d’audace pour convaincre le jury.

Présentez-vous aux lecteurs

Je suis doctorant en Biochimie, Microbiologie et Pharmacologie des Substances Naturelles à l’Ecole Doctorale Sciences de la Vie et de la Terre de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC) du Bénin. Lauréat du Prix de la Francophonie offert par l’AUF au concours international d’éloquence organisé par l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, en collaboration avec l’AUF.

Pouvez-vous rappeler les étapes du concours ?

A l’issue des présélections régionales, nous étions 32 candidats dont 16 étudiants issus d’universités africaines (Afrique centrale et des Grands Lacs, Afrique de l’Ouest, Maghreb et Océan Indien) membres de l’AUF et partenaires de Paris 1, et  16 étudiants de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Pour les Quarts de finale, je devais défendre l’affirmative sur le thème : « Faut-il ouvrir la boite de Pandore ? ». J’ai ainsi pu me qualifier pour la demi-finale avec 6 candidats issus d’universités africaines et 10 de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Lors de la demi-finale du 23 mai, le tirage au sort m’a opposé à MOUNKASSA Urgie Daniele Dorcas sur le thème : « la critique a-t-elle toujours raison ? » Je devais défendre l’affirmative et elle la négative. L’issue m’a été favorable et m’a ainsi propulsé en finale avec 8 autres candidats dont 2 béninois. Sidoine Dako de l’Université d’Abomey-Calavi devait défendre l’affirmative sous le thème : « sommes-nous tous des enragés ». Pour ma part, je devais prouver que « La plume vaut mieux que le Pavé », donc l’affirmative également.

Que représente ce concours pour vous?

Le concours d’éloquence de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’AUF est l’un des plus grands concours d’Art oratoire en France. L’enjeu est devenu plus grand suite à son internationalisation, en partenariat avec l’AUF. C’était une opportunité offerte aux étudiants francophones d’éprouver leur talent en art oratoire au niveau international. C’était donc un défi de taille, que j’ai voulu relever.

Dans le cadre de votre parcours de formation, quel(s) bénéfice(s) avez-vous tiré pour votre participation à ce concours?

Je suis scientifique de formation mais un grand passionné de la littérature et de l’art oratoire, un « perpétuel éloquent », comme le témoignent mes prix antérieurs dans le domaine de la communication scientifique et de l’éloquence. Le premier bénéfice, c’est bien sûr le renforcement de mes compétences et aptitudes en matière d’art oratoire et d’éloquence. Aussi, les effets seront-ils absolument ressentis dans ma carrière professionnelle. L’Art de convaincre s’invite dans tous les domaines de connaissance, et particulièrement dans le domaine scientifique. Je vois donc ainsi valorisés et rehaussés mes atouts de communicateur.

Votre dernier mot?

Je suis très honoré par ce prestigieux prix que j’ai l’honneur de dédier à ma feue mère, Louise LOKOSSOU. Je voudrais remercier l’Agence universitaire de la Francophone et l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne pour l’internationalisation de ce prestigieux concours d’éloquence aux étudiants francophones. Je tiens à remercier particulièrement le Campus numérique francophone de l’AUF de Cotonou à travers son Représentant, Stefano Amekoudi, qui a mis à notre disposition un système d’encadrement et de préparation efficace qui ont porté leur fruit. Remerciement également à Ishaq Chewu et à travers lui, la WebTV de l’UAC pour l’accompagnement technique. Merci à Me Hugo Koukpolou du Barreau de Cotonou et Grâce Odjo pour leur coaching personnalisé. Je félicite Sidoine Aude Dako, le deuxième finaliste béninois qui a beaucoup contribué à cette réussite par ses conseils. Un coucou Spécial à Aude Zinsou pour son soutien dans la préparation. Je souhaite que cette initiative soit reproduite les années prochaines.

Vous pouvez visualiser la prestation de Brice ici

À propos du concours

Après le succès de la première édition du concours d’éloquence de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, à laquelle 132 étudiants s’étaient inscrits, l’AUF s’est associée cette année à cette initiative pour lui donner une dimension internationale. Pour cette première édition internationale, c’est le continent africain qui était à l’honneur avec la participation de 16 candidats, issus de 9 universités africaines et autant de pays.

 

Date de publication : 31/05/2018

Dans votre région

MT180: Madame Marielle Agbahoungbata, lauréate du 1er prix de la finale internationale de 2017, livre des conseils aux candidats de l’édition 2018
Lire la suite
La recherche partenariale en Afrique de l’Ouest
Lire la suite
Mali : décès du Professeur Ogobara Doumbo
Lire la suite

Ailleurs à l'AUF

3ème édition de l’Initiative pour le développement du numérique dans l’Espace universitaire francophone (IDNEUF) : les ministres francophones de l’enseignement supérieur réunis au Maroc
Lire la suite
De nouveaux membres pour l’AUF en Afrique centrale et Grands lacs
Lire la suite
L’AUF et l’Iran renforcent leur coopération en faveur de l’enseignement supérieur et la recherche
Lire la suite