Critères d’adhésion

Les « membres-adhérents » de l’AUF sont répartis statutairement en deux catégories : les membres avec voix délibérative et droit de vote à l’Assemblée générale dits : « titulaires » et les membres avec voix consultative et sans droit de vote à l’Assemblée générale dits : « associés ». Les membres associés peuvent assister aux colloques et séminaires de l’AUF et bénéficier des services de celle-ci selon les décisions du Conseil d’administration.

Peuvent être admis en qualité de membres-adhérents, par résolution adoptée par le Conseil d’administration, les structures administratives, pédagogiques, scientifiques et de recherche qui possèdent une personnalité juridique et qui ont pour vocation ou sont à même de développer des actions de partenariats et de coopération internationale avec l’AUF.

Au besoin, le Rectorat peut proposer au Conseil d’administration une autre catégorisation de « partenariats » qui facilite le travail et la coopération sur le terrain, sans toucher à la catégorisation statutaire et au droit de vote.

Les membres titulaires

Peuvent être membres titulaires :

(a) les universités, les centres universitaires et les autres établissements d’enseignement supérieur et de recherche partiellement ou entièrement francophones, ou dans lesquels une partie importante de l’enseignement est dispensée régulièrement en français dans plusieurs disciplines (autres que les études françaises proprement dites) et qui dispensent un enseignement conduisant à des grades reconnus de niveau universitaire ;

(b) les centres ou institutions de recherche avec une gouvernance autonome, dont le français est la principale langue de travail et qui gèrent des programmes de recherche d’excellence.

Un nouveau membre titulaire commence à exercer son droit de vote après quatre années d’ancienneté en tant que membres adhérents à l’AUF, c’est-à-dire à partir de sa participation à sa deuxième Assemblée générale.

Les membres associés

Peuvent être membres associés :

(a) les universités, les centres universitaires et les autres établissements d’enseignement supérieur et de recherche peu ou pas francophone, engagés dans une démarche de développement de la Francophonie scientifique et qui dispensent un enseignement conduisant à des grades reconnus de niveau universitaire ;

(b) les centres ou institutions de recherche avec une gouvernance autonome, dont le français est l’une des langues de travail et qui gèrent des programmes de recherche d’excellence ;

(c) les réseaux, non membre du Conseil des réseaux de l’AUF, universitaires, disciplinaires, pédagogiques, administrateurs, vie universitaire, etc. qui sont dans une démarche de développement ou de promotion de la Francophonie scientifique ;

(d) les associations savantes, ne correspondant à aucune des déclinaisons ci-dessus (a), (b) et (c), et qui sont dans une démarche de développement ou de promotion de la Francophonie scientifique.

Actualités

Coup d’envoi du MOOC CERTICEscol par Slim Khalbous, Recteur de l’Agence Universitaire de la Francophonie
Lire la suite
L’AUF Maghreb félicite M. Abdellatif MIRAOUI pour son nouveau poste de ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation
Lire la suite
Les 3 premiers projets sélectionnés pour le Label francophone de l’innovation responsable
Lire la suite
Pause_R, votre nouveau podcast pour “prendre le temps des savoirs”
Lire la suite
Lancement D’APPRENDRE EV@LANG, un test de français sur application mobile au service des enseignantes et enseignants des pays francophones
Lire la suite