Témoignages des anciens boursiers « Eugen Ionescu »


 

 

 

 

 

 

 

KOUAKOU Antoine : « la Roumanie et les Roumains constituent ma seconde patrie »
Côte d’Ivoire
en mobilité de 8 mois à Galati
promotion 2007-2008

Que dire de la Bourse « Eugen Ionescu » ? Pour moi, elle représente « l’éclat » de ma carrière d’Enseignant-Chercheur. À partir de mon établissement d’accueil, l’Université « Dunarea de Jos » de Galati, j’ai pu non seulement tisser de fructueuses relations scientifiques, mais aussi et surtout, la collaboration établie avec le centre de recherches en LCLS (Lexique Classique, Lexique Spécialisé) m’a permis de creuser à fond le vaste champ de recherche ouvert par la philosophie de Martin Heidegger. En réalité, cette double perspective ouverte par le biais de la Bourse « Eugen Ionescu » est riche en résultats. D’abord l’achèvement de mon projet de recherche présenté dans le cadre de ma candidature à ladite bourse.
Ce projet était au fond le sujet de ma Thèse d’État, soutenue dans mon Université d’origine en Mars 2010 avec la Mention très Honorable : « L’oubli de l’être et la question éthique chez Martin Heidegger » (Université de Cocody-Abidjan, Côte d’Ivoire, 2010). Ensuite, la publication de plusieurs articles (en l’occurrence 7) de 2007 à 2013. Enfin la participation à plusieurs colloques organisés à Galati et l’effectuation de deux voyages de recherche en Roumanie (2009 et 2010).
Il va sans dire que de par cette constante scientifique se sont ouvertes des portes relationnelles, en particulier en Mo
ldavie, en Jordanie, en Italie, en Suisse, en France et en Algérie, etc. Si le volet scientifique prend le dessus dans ces relations, en témoignent ma fructueuse collaboration avec le Centre de Recherche en Interculturalité « Polyphonie » avec la publication de deux articles en matière de « Genre » ; la collaboration avec l’Université de Iasi où j’ai publié un article dans la revue Alquor. En dehors donc de ce volet scientifique, la chaleur en humanité s’est aussi enrichie, en sorte que la Roumanie et les Roumains constituent ma seconde patrie. Des connaissances ne manquent donc pas de m’appeler le « Roumain ». Combien dire, en somme, que la Roumanie, grâce à la Bourse « Eugen Ionescu », m’a beaucoup apporté !

 

 

 

 

 

 

 

 

Badre BOSSOUFI : « Les équipements et la qualité des professeurs à l’Université de Pitesti m’ont permis d’avoir de très bons résultats »
Maroc
en mobilité de 5 mois et 4 mois à Pitesti
promotions 2009-2010 et 2010-2011

Le sujet de recherche choisi dans ma thèse était purement pratique et portait sur la commande des machines électriques avec l’implémentation sur FPGA, ce qui était dur de réaliser dans notre laboratoire vu le manque du matériels. Cependant, la mobilité de l’AUF « Eugen Ionescu » que j’ai obtenue deux fois en 2010 et 2011 (Renouvellement), m’a permis de trouver le chemin que je cherche pour développer ce sujet.
Les équipements et la qualité des professeurs à l’Université de Pitesti m’ont permis d’avoir de très bons résultats, qui ont été présentés par 10 publications et communications internationales dans des revues et des conférences bien réputées. Sans oublier le financement qui nous a résolu beaucoup de problèmes.
Durant ces deux mobilités, j’ai pu avoir un autre esprit de recherche et améliorer le travail d’équipe, et avoir des collaborations avec les boursiers et les universités.
Je remercie bien le Gouvernement de la Roumanie et l’AUF pour cette offre qui m’a poussé à avoir ma thèse en 3 ans et aussi un poste de Professeur Assistant par la suite. Pour cela je compte postuler encore une fois en tant que chercheur pour une mobilité postdoctorale.

 

 

 

 

 

 

 

 

Irina RABOSAPCA : « une expérience extrêmement valorisante »
Moldova
en mobilité de 4 mois à Iasi
promotion 2010 – 2011

La bourse « Eugen Ionescu » a eu une grande importance dans mon parcours professionnel. Cette période de 4 mois, bien que m’ayant beaucoup apporté au niveau de l’enrichissement de connaissances techniques et scientifiques, m’a permis d’accumuler de l’information théorique et pratique nécessaire et de faire une analyse détaillée de l’information accumulée. Mais plus que cette satisfaction, j’ai eu le plaisir de travailler dans un domaine qui me passionne.
Ce stage de recherche a concerné spécialement l’étude des pratiques managériales de la gestion des risques environnementaux et il a contribué fortement à l’élaboration qualitative de ma thèse de doctorat « Gestion des risques environnementaux : problèmes et tendances », soutenue en 2013.
Le thème en question représente une nouveauté scientifique pour la République de Moldavie, ayant une importance majeure pour la solution des problèmes écologiques existants.
En effet, ce stage m’a permis non seulement d’approfondir mes connaissances en management et risque environnemental mais aussi d’acquérir une expérience extrêmement valorisante du point de vue personnel.
Dans la mesure où il reflète parfaitement le domaine dans lequel j’aimerais poursuivre mes recherches, j’estime être heureuse d’avoir pu effectuer ce stage, entourée de personnes compétentes qui ont su me guider dans mes démarches.
Je tiens enfin à remercier le Gouvernement de la Roumanie et l’Agence universitaire de la Francophonie qui ont retenu ma candidature pour cette bourse.

 

 

 

 

 

 

 

 

Quémal AFFAGNON : « nouer des contacts pour d’éventuelles futures collaborations »
Bénin
en mobilité de 5 mois à Iasi
promotion 2011 – 2012

Grâce au programme de mobilité de la bourse «  Eugen Ionescu  » et en ma qualité de doctorant en Sciences de l’Information et de la Communication,  j’ai été sélectionné durant l’année académique 2011-2012  pour effectuer un stage de recherche doctorale à l’Université « Alexandru Ioan Cuza » de Iasi. Avec la bourse « Eugen Ionescu », j’ai bénéficié d’une immersion académique, qui s’est révélée très bénéfique sur de nombreux plans à savoir méthodologique, scientifique et technique de sorte que je continue dorénavant la rédaction de ma thèse de doctorat sur de solides bases.
D’un point de vue professionnel, ma participation au programme de mobilité de la bourse
« Eugen Ionescu » m’a permis de développer des aptitudes à la prise d’initiatives, de même qu’une meilleure capacité à affronter de nouvelles responsabilités et challenges. Ceci pour dire qu’après mon séjour en Roumanie, j’ai eu la chance d’allier la théorie et la pratique en exerçant des fonctions de modérateur sur la plate-forme électronique de l’Atelier des médias de Radio France Internationale (RFI). Depuis, j’exerce également la fonction de gestionnaire de communauté sur les réseaux  sociaux pour Afrika7, un site d’informations et de blogs sur l’Afrique. En dehors de ces deux expériences dans le monde des médias, j’exerce à présent des activités de chargé d’enseignement dans une université,  parallèlement à la rédaction de ma thèse.
Enfin, grâce à la bourse « Eugen Ionescu », je dois également préciser que j’ai eu la chance d’être en contact avec différents enseignants et chercheurs francophones, une expérience qui m’a permis de mieux appréhender les défis et enjeux intellectuels de la recherche en sciences sociales en général, en sciences de l’information et de la communication en particulier, mais aussi de nouer des contacts pour d’éventuelles futures collaborations professionnelles ou académiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

Youghourta BELLACHE : « ce séjour scientifique m’a permis de rédiger deux articles de recherche »
Algérie
en mobilité de 6 mois à Bucarest
promotion 2012 – 2013

La formation postdoctorale que j’ai effectuée dans le cadre de la bourse « Eugen Ionescu » 2012/2013 a eu un apport important dans mon parcours professionnel. Ce stage de six mois a été l’occasion de rencontrer des chercheurs, au niveau de la structure d’accueil, travaillant sur la même problématique et d’échanger avec eux sur les divers aspects liés à mes travaux de recherche. Concrètement ce séjour scientifique m’a permis de rédiger deux articles de recherche publiés, par la suite, dans des revues scientifiques dont l’une est classée CNRS-AERES.
Les formations complémentaires qu’organisent l’AUF dans le cadre de cette bourse sont également très instructives et enrichissantes.
La formation sur la gestion de projets et la rédaction de rapports de recherche, organisée par l’AUF durant le mois de juillet à l’Université « Babes-Bolyai » de Cluj-Napoca a contribué, sans aucun doute, au renforcement de mes connaissances dans ce domaine.
Enfin, ce séjour scientifique nous a permis de découvrir et de connaître le pays d’accueil (la Roumanie) dont les atouts touristiques sont très appréciables.

 

 

 

 

 

 

 

 

Tomkouani KODOM : « une ambiance chaleureuse, sans complexe et avec des consignes fermes de mes hôtes »
Togo
en mobilité de 4 mois à Bucarest
promotion 2013 – 2014

La bourse « Eugen Ionescu » est l’une des opportunités offertes par le Gouvernement de la Roumanie et gérée par l’Agence Universitaire de la Francophonie, Bureau Europe Centrale et Orientale (BECO) aux jeunes chercheurs des pays francophones pour mener des recherches dans les Universités affiliées de la Roumanie. Les moyens financiers mis à la disposition du boursier d’où qu’il vienne lui permettent de vivre assez bien en Roumanie et mener à bien ces recherches dans l’atteinte de ses objectifs. Le BECO a mené une superbe coordination couplée par une formation axée sur la méthodologie de la recherche et la rédaction des projets. Personnellement, j’ai été accueilli à Bucarest, la capitale du pays, dans la Faculté de Chimie Appliquée et Sciences des Matériaux de l’Université « Politehnica ».
L’accueil a été fait dans une ambiance chaleureuse, sans complexe et avec des consignes fermes de mes hôtes (Conf. Dr. Ing. Edina RUSEN et Pr. Dr. Ing Ioan CALINESCU) de travailler bien avec le minimum de disposition en matériel et appareils pour capitaliser mon séjour par un article publié dans une revue ou journal international. Je me suis mis au travail avec un désir ardent d’aboutir à de bons résultats avec l’assistance sans ménage des jeunes collègues docteurs du Laboratoire. J’ai opté pour la modification du dioxyde de titane P25, un photocatalyseur commercialisé par DEGUSSA (EVONIK) par les nanoparticules d’argent dont la présence aidera la séparation des charges pour permettre une meilleure oxydation de deux colorants (Méthylène Bleu et Méthyle Orange). Ce ne fut pas facile pour obtenir des résultats intéressants et d’ailleurs je voudrais bien continuer dans le même sens en vue d’une optimisation des matériaux résultant de ce dopage. Cependant, je suis réparti chez moi avec un sentiment d’avoir acquis à la suite de ces recherches menées des connaissances supplémentaires dans mon domaine : la photocatalyse, une méthode d’oxydation avancée en devenir et très efficace pour l’élimination des composés organiques dans les eaux et dans l’air.
Nos résultats seront prochainement publiés comme il était prévu au commencement, non pas à juste titre mais parce que ces résultats constituent un acquis et une avancée scientifique. Des techniques de synthèses de nanoparticules ont particulièrement marqué mes acquis et ceci ouvrira un champ de recherche en nanotechnologie pour ma carrière d’enseignant-chercheur. Un chercheur se reconnait dans les articles publiés reflétant la densité de sa recherche et le séjour en Roumanie me permet de faire un pas de plus dans ce sens. Je retiens aussi de mes hôtes, une disponibilité, un sens élevé de la recherche et un désir de mettre à profit mon séjour. Quelques insuffisances matérielles ont pesé sur notre démarche mais j’ai su trouver des passerelles adaptées pour atteindre mon objectif. À tous les futurs boursiers « Eugen Ionescu », je voudrais souhaiter bon succès en les invitant à l’humilité, l’engagement, le respect, le sérieux et surtout le désir de bien faire et d’essayer quelque soit la difficulté. Dans cet esprit, naîtront certainement des acquis positifs.
En souhaitant la pérennisation de la bourse « Eugen Ionescu », je voudrais chaleureusement présenter ma gratitude à l’État Roumain et au Bureau Europe Centrale et Orientale (BECO) de l’AUF pour les efforts consentis.

Date de publication : 22/10/2014

Plus d’actualités

Le directeur régional de l’AUF au Moyen-Orient en visite au Soudan
Lire la suite
Dernière étape pour les candidats avant le 18e concours d’agrégation du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur
Lire la suite
Une École d’été à Homs, en Syrie, pour sensibiliser à la question de l’interculturalité
Lire la suite
5 Projets de coopération scientifique inter-universitaire (PCSI) obtiennent un financement de l’AUF
Lire la suite
L’AUF et l’Institut français du Liban lancent l’édition 2017 du Choix Goncourt de l’Orient
Lire la suite