Valérie Ranaivo, volontaire internationale à la direction régionale de l’AUF en Asie-Pacifique

RANAIVO PHOTO

Valérie Ranaivo participe au programme Volontariat international de la Francophonie (VIF) mis en place par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) en partenariat avec l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF). Elle réalise sa mission de volontariat au sein de la direction régionale de l'AUF en Asie-Pacifique. Elle est chargée de la veille informative concernant le monde de l'enseignement supérieur et la recherche.

Je suis chargée de la veille « production, collecte et restitution d’informations » qui doit permettre aux acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche de mieux connaître leur environnement académique et socio-économique et les aider dans leurs orientations. Je produis des lettres de veille et j’ai également participé à la finalisation du rapport d’une enquête menée auprès des institutions membres de la région Asie-pacifique qui contribuera à définir les priorités à mettre en œuvre dans le cadre d’une offre francophone d’expertise universitaire.

  • Une expérience à l’international en adéquation avec mon projet professionnel

J’ai toujours été convaincue de l’impact positif du volontariat au sein des sociétés, c’est ce qui m’a amenée à renouveler l’expérience. Je pense que le bénéfice est réciproque.  Il me permet d’étendre mes compétences et de m’enrichir  et, pour l’AUF, c’est un moyen d’apporter une nouvelle dimension interculturelle au sein de l’équipe et de la faire bénéficier de mon expérience. Le caractère francophone du programme au sein d’un environnement international apporte une nouveauté vis-à-vis de mes précédentes expériences. En effet, le français, qui est ma langue maternelle et que j’utilise pour communiquer au Vietnam, est porteur d’une culture et de valeurs mais représente aussi un potentiel de développement, notamment économique auprès des jeunes diplômés.

Selon moi, l’impact positif d’une expérience de mobilité internationale ne fait aucun doute. J’ai eu l’occasion  de le vivre au cours d’un précédent volontariat mais également  en tant que salariée de l’association Concordia où je m’occupais, entre autres, de la coordination du placement de bénévoles sur des projets dans plus de 50 pays différents. Ces opportunités permettent un enrichissement sur le plan professionnel, grâce à l’ouverture de son réseau à l’international ou encore l’apprentissage d’une langue étrangère, et sur le plan personnel par la découverte de nouvelles cultures, traditions et sensations.

  • S’engager, apprendre et partager

Je vis le partage au quotidien en faisant de ma différence une force propice à l’échange. Nombreuses sont les occasions avec les collègues, les amis ou encore lors de la découverte du pays d’échanger sur les rapports au travail, à la famille ou encore sur les modes de vie. Les liens que j’ai conservé avec mon ancienne organisation d’accueil VPV au Vietnam lors de mon précédent volontariat m’ont récemment amenée à assister à l’évènement annuel Global volunteering day, qui a rassemblé des volontaires des quatre coins du monde. Un moment de partage incroyable. Il y a également la rencontre avec tous ces jeunes Vietnamiens qui m’ont marquée par tant d’enthousiasme à vouloir s’engager envers leur communauté. Enfin, c’est également à l’occasion de la présentation de la campagne de recrutement VIF 2017-2018 que je suis intervenue pour partager mon parcours auprès d’étudiants vietnamiens pour qu’eux-mêmes aient la chance un jour de vivre cette expérience unique.

  • Quelques conseils pour les futurs volontaires

L’ouverture d’esprit, la curiosité et l’adaptation sont des facultés qui à mon sens sont nécessairement mis en œuvre au cours de la mission de VIF. Se retrouver dans une situation en dehors de sa zone de confort ou de tout repère est forcément inévitable, aussi bien dans la sphère professionnelle qu’en dehors. C’est en cherchant à comprendre et à trouver des solutions que l’on arrive à dépasser ces difficultés, qui en définitive rendent cette expérience si riche.

Le programme n’offre qu’une cinquantaine de postes par an, mais la chance reste ouverte à tous. L’actuelle promotion et les précédentes montrent qu’il n’y a pas de profil type et j’invite les candidats intéressés à lire les témoignages, voire à entrer en contact avec les VIF qui ont vécu ou sont en train de vivre l’expérience afin de s’en rendre compte car c’est dans la diversité des parcours, des origines et des ambitions de chacun que le programme perdure. Et pour ceux dont la candidature pour le programme n’a pas encore abouti dans le passé, je leur conseillerais de persévérer, car, me concernant, c’est à l’issue de la troisième tentative que j’ai finalement réussi à l’intégrer !

Date de publication : 04/07/2017

Plus d’actualités

L’AUF et l’Association francophone pour le savoir (Acfas) partenaires pour renforcer la diffusion du savoir
Lire la suite
Une francophonie active en Irlande
Lire la suite
Enquête mondiale sur l’internationalisation des universités : l’AUF et l’Association internationale des universités (AIU) s’associent
Lire la suite
Les Centres de réussite universitaire de l’Europe centrale et orientale – un réseau exceptionnel qui fait la force de la Francophonie
Lire la suite
18e concours d’agrégation du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur : belle performance des agrégatifs soutenus par l’AUF
Lire la suite