Professeur Bohdan Murashevych, coordinateur projet COVID-19 : « C’est maintenant le moment où le monde a le plus besoin de chercheurs »

Chercheur un état d'esprit

Parmi les 10 projets financés par AUF dans la région Europe centrale et orientale dans le cadre du plan spécial d’action COVID-19, le projet « Systèmes intégrés de la prévention des infections virales et bactériennes des formes innovantes du chlore actif » a toutes les prémisses d'avoir un impact à l’échelle mondiale. Bohdan Murashevych est chercheur, maître de conférences à la Académie de Médecine de Dnipropetrovsk (Ukraine) et le coordinateur de ce projet. Témoignage

Le projet vise à créer des composants microbicides et virucides à base du chlore actif immobilisé (pour les dispositifs médicaux) et  des systèmes pour la désinfection de l’air et des surfaces (non toxiques pour les gens) sur la base de solutions de composés chloroactifs de haute pureté.

De l’idée au projet

Lorsque la pandémie COVIDE-19 a commencé et que le monde a été confronté à une grave pénurie de produits de protection respiratoire, Bohdan Murashevych a compris que c’était le moment de s’impliquer avec son équipe : « Les conséquences de la pandémie COVID-19 sont catastrophiques. Elle a déjà ébranlé les fondements économiques et sociaux de l’ordre mondial moderne et elle continue. Notre projet, en fait, est uni autour de la merveilleuse molécule d’acide hypochloré, que nous considérons tous sincèrement unique: presque tous les micro-organismes et les virus meurent sur notre matériel. »

Ils travaillent depuis longtemps à la création de matériaux à effet antimicrobien. L’idée date depuis 2011 et appartient à son professeur, Konstantin Burmistrov. Il a cherché à développer une technologie qui permet d’intégrer des groupes de donneurs de chlore actifs non toxiques dans la structure des matériaux.

En cas des résultats positifs des tests, les systèmes de désinfection et les produits polymères des polymères chloroactifs peuvent être introduits massivement non seulement en Ukraine, mais pratiquement partout dans le monde. Ils pourront être appliqués de manière centralisée dans tous les lieux de surpopulation (établissements d’enseignement, établissements médicaux, centres commerciaux, transports en commun, établissements alimentaires, etc.), ainsi qu’individuellement dans la vie quotidienne.

La naissance d’une équipe pluridiscipliniare

Au cours de l’analyse de la littérature existante dans ce domaine, l’équipe a découvert un certain nombre de publications des collègues chercheurs du Bélarus qui ont développé une technologie pour la production de polymères similaires dans la structure chimique, mais sous la forme de fibres et de tissus.

« Nous avons commencé la coopération scientifique, pris ces polymères et les avons traités selon notre technologie. La coopération a été couronnée de succès : ces polymères modifiés avaient un certain nombre d’avantages et, surtout, leur forme physique a permis d’élargir considérablement la portée de leur application. »

M Murashevych est le coordinateur d’une équipe multidisciplinaire qui réunit des spécialistes de divers domaines : médecine, chimie, biologie. La partie scientifique du projet est mise en œuvre en collaboration avec deux organisations: l’Université Ukrainienne d’État de Technologie Chimique et l’Institut de Chimie Physique et Organique de l’Académie Nationale des Sciences de la République du Bélarus.

Un métier, une passion

Bohdan Murashevych aimait les sciences naturelles depuis qu’il était enfant. « Je suis très fasciné par le processus de création de nouvelles substances. C’est vraiment un sentiment indescriptible lorsque vous préparez des solutions pendant plusieurs semaines, les chauffer, distiller, cristalliser et après toutes ces opérations, vous obtenez quelques grammes d’une nouvelle substance, qui, peut-être, personne dans le monde n’a jamais tenu dans leurs mains. Vous ne pouvez pas être sûr de ce que le sort de cette substance sera : peut-être qu’il s’agit d’un composant d’un futur médicament pour la maladie d’Alzheimer, ou peut-être que c’est un poison fort qui est mieux de ne même pas prendre en main, ou peut-être ce n’est pas ce que vous voulez synthétiser, et il va recueillir de la poussière sur votre étagère dans un tube. Mais néanmoins, vous CRÉEZ, et c’est merveilleux ».

Prof Murashevych a remporté beaucoup de prix aux concours scientifiques et d’ingénierie : Vernadsky Challenge, INNO-DNIPRO, Sanofi Award, MBioSChallenge  et plusieurs prix des autorités locales en tant que jeune scientifique de premier plan. Dans presque tous ces concours, il a représenté divers aspects des matériaux polymères antimicrobiens qu’ils ont synthétisés.

En tant que jeune chercheur, quel message envoyez-vous  dans le contexte de la pandémie de Covid-19 ?

 « Je n’ai peut-être pas l’air très prétentieux, mais c’est maintenant le moment où le monde a besoin de chercheurs. On sait depuis longtemps qu’une personne et une société font une liaison qualitative précisément sous l’influence d’épreuves graves. Nous ne sommes pas tous destinés à découvrir la pénicilline ou à transplanter le cœur, mais dans des moments de troubles comme aujourd’hui, qui peut aider et sauver le monde si ce n’est pas nous ? Etre chercheur n’est pas une profession, mais un état d’esprit. »

Pour plus d’informations sur le projet : cliquez ici

Date de publication : 13/11/2020

Axe(s)

+ Recherche

Dans votre région

La Conférence internationale des Doyens des Facultés de Médecine d’Expression Française (CIDMEF) se mobilise face à la pandémie COVID-19
Lire la suite
26 novembre 2020 : le jour du Professeur de Français
Lire la suite
Albena Vassileva : nous formons des citoyens capables de participer à la vie de leur pays et du monde
Lire la suite

Ailleurs à l'AUF

L’AUF Maghreb soutien l’entrepreneuriat universitaire dans le cadre de la 1ère édition du « Challenge Projets d’Entreprendre © » à l’Université Abdelmalek Essâadi de Tétouan (Maroc)
Lire la suite
Engagements de l’AUF Maghreb autour des enjeux contemporains du tourisme culturel avec l’université Cadi Ayyad de Marrakech (Maroc)
Lire la suite
Accélérer l’innovation positive en Méditerranée
Lire la suite