Bureau
Afrique Centrale et des Grands-Lacs

Historique

Ouvert en octobre 1995 à Yaoundé, le bureau régional couvre l’ensemble formé au coeur du continent africain par le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la République Démocratique du Congo et le Tchad.

Depuis septembre 2001, le bureau couvre également l’Afrique des grands lacs, c’est à dire le Burundi et le Rwanda grâce à une délégation installée à Bujumbura, qui fait suite au Bureau Afrique des grands lacs.

Compétence régionale

Au sein de cet espace d’une grande diversité écologique et humaine, doté de potentialités économiques appréciables, les universités ont malgré tout besoin d’appuis extérieurs pour se développer et continuer à jouer un rôle important dans leurs pays respectifs et dans la communauté scientifique francophone.

On compte en Afrique Centrale 74 institutions d’enseignement supérieur ou de recherche membres de l’AUF.

A elles seules les universités comptent presque 100 000 étudiants. Le français y est généralement la langue de travail, exception faite du Cameroun, du Rwanda et du Tchad où est institué le bilinguisme.

A travers ses programmes de mobilité, de développement de pôles d’excellence régionaux et ses réseaux associatifs, l’AUF contribue de manière décisive à la consolidation des liens entre les établissements membres, concourant ainsi à l’édification de l’espace régional de coopération inter-universitaire.

Les formations qu’elle a mises en place au Cameroun, au Gabon et au Tchad prennent une part active à cette dynamique d’ouverture et de collaboration en favorisant la circulation des personnes et de l’information par des échanges physiques et par le biais des nouvelles technologies.

Celles-ci sont le principal vecteur des partenariats avec les institutions et organismes ne relevant pas du milieu académique (Assemblée Nationale du Cameroun, OHADA, OMS, ONG, entreprises privées) que le Bureau régional épaule notamment pour la réalisation et l’hébergement de sites ainsi que pour la formation de leurs ressources humaines à l’internet.

Les principaux programmes

Dans une sous-région où la demande de formation est en forte expansion sur un fond de crise économique, les méthodes habituelles de production et distribution des connaissances ont sous diverses formes montré leurs limites.

L’AUF soutient les efforts qui naissent dans les différents pays pour rénover les pratiques pédagogiques et créer autour de la recherche un environnement propice à l’accroissement de son efficacité.

A ce titre, l’AUF anime les programmes suivants :

    • CRESA Forêt-Bois de Nkolbisson (Yaoundé) avec l’Université de Dschang pour la formation des cadres du développement rural et industriel.
    • Centre de formation et de recherche en médecine et maladies infectieuses à l’Université du Burundi (Bujumbura) avec la collaboration de l’INSERM et des universités de Paris VII et du Québec à Montréal.
    • Centre international de recherches médicales de Franceville, grâce à un consortium où figurent des universités d’Afrique centrale et du Nord : formation à la recherche dans le domaine des maladies infectieuses tropicales. Ces formations sont assurées en partenariat avec des universités françaises (Nanterre, Limoges, Pierre et Marie Curie).
    • Campus numérique francophone de Yaoundé, spécialisé en droit, avec une offre de cours à distance en droits fondamentaux et en droit de l’environnement, et un programme de recherche régional sur la jurisprudence en Afrique des Grands Lacs.
    • Campus numérique francophone de Bujumbura, avec des points d’accès au Burundi et au Rwanda, assurant une offre de formations régionales aux TIC (enseignants, chercheurs, étudiants avancés, documentalistes, informaticiens, agents de communication, journalistes, magistrats, etc.)

Par ailleurs tous les campus numériques de la région proposent des formations à distance.

Le développement de ce réseau de campus représente un facteur important de développement pour la région en ce qui concerne les NTIC et l’information scientifique et technique.

  • Formation des enseignants-chercheurs, DEA et préparation de thèses en cotutelle, en Histoire - Géographie - Science politique, Mathématiques et Physique, Sciences appliquées, Sciences du Langage à l’Université du Burundi.

Les nouvelles technologies mises au service de la science vont se déployer davantage avec la création prochaine de centres de ressources informatiques dans les universités de Bangui, Brazaville, Kinshasa et Lubumbashi.

La mobilisation des établissements membres de la région pour leur implication à la vie des réseaux de chercheurs constitue un autre axe prioritaire de développement de la coopération de l’AUF.

Au demeurant, ces initiatives visant le rapprochement entre les universités sont en congruence avec une volonté exprimée au niveau des conférences régionales des recteurs.