Bureau
Afrique Centrale et des Grands-Lacs
Auf

Semaine internationale de la Francophonie à Yaoundé

Placé sous le patronage du Ministre de l’Enseignement supérieur, ce colloque s’est ouvert en présence du Ministre Jacques Fame Ndongo et de plusieurs représentants gouvernementaux et diplomatiques. Une centaine participants - des chefs de départements, doyens et recteurs d’universités - ont répondu à l’invitation de l’Agence universitaire.

Le Directeur du Bureau Afrique centrale de l’Agence universitaire de la Francophonie, le Professeur Lat Soucabé Mbow, lors de son discours d’ouverture, a rappelé que, « désormais, des exigences nouvelles en qualité et en pertinence se font jour dans l’enseignement universitaire. Il semble réducteur, a-t-il indiqué, de considérer le LMD comme une mécanique de mise en compatibilité des cursus menant à la licence, au master et au doctorat. De l’avis des spécialistes et notamment des établissements ayant déjà vécu une expérience avec ce processus, la réforme constitue une opportunité pour l’amélioration des rendements interne et externe de l’enseignement universitaire grâce à la reconfiguration des programmes de formation, des méthodes d’encadrement pédagogique et d’évaluation des curricula et des enseignements ».

Cette journée de réflexion a donné lieu à deux conférences plénières et à trois ateliers thématiques. L’ensemble des discours et la synthèse des ateliers seront disponibles dans les prochains jours sur le site Internet du Bureau Afrique centrale de l’Agence universitaire de la Francophonie, à l’adresse suivante : www.afrique-centrale.auf.org.

Selon une tradition bien établie, la Journée internationale de la Francophonie a également été célébrée de manière plus festive. Cette année, le chansonnier camerounais Marcellin Ottou ainsi que le ballet de l’Université de Yaoundé I ont été à l’honneur lors d’une représentation qu’ils ont donné, en soirée, à l’Hôtel Hilton de Yaoundé.

HTML - 9.2 ko
Les participants au colloque organisé par l’Agence universitaire de la Francophonie et l’Ambassade de France au Cameroun