Lutte contre le COVID-19 : Ongola Fablab se mobilise

WhatsApp Image 2020-04-17 at 15.49.46

Ongola Fablab est engagé dans la lutte contre la covid-19. En effet depuis le mois d’avril, le Fablab solidaire du Campus numérique francophone de l’AUF à Yaoundé (Cameroun) a fabriqué, avec l’appui de la Fondation Orange, 2800 visières de protection pour le personnel soignant au Cameroun. Et la production de cet outils barrière continue. Témoignage de Mohamet Bassirou, Responsable d’Ongola Fablab.

M. Bassirou, Ongola Fablab est engagé dans la lutte contre la Covid-19 et fabrique depuis plusieurs jours des visières de protection individuelle. Parlez-nous de ce projet.

Merci bien. La crise sanitaire due à la Covid-19 n’a laissé personne indifférent. Un très grand mouvement de Makers s’est mobilisé à travers le monde, pour apporter une contribution à la riposte de cette pandémie. Ongola Fablab s’est inscrit dans cette mouvance. Nous avons opté pour un projet de fabrication des visières de protection faciale du personnel soignant. Une visière est un dispositif de protection du visage contre les postillons émis et/ou reçus. Les visières ont aussi l’avantage de pouvoir être retirées en minimisant le risque de toucher le visage et d’être réutilisées après un lavage avec du désinfectant. Ce projet a bénéficié de soutien financier de l’AUF et la Fondation Orange. Pour un budget d’un peu plus de 5.000 €, nous avons produit plus de 2.500 visières en deux semaines.

En quoi consiste réellement le travail dans le cadre de la production de ces visières ?

Tout d’abord, nous avons commencé par parcourir les idées de projets de visières initiées par d’autres Fablab. Après avoir étudié les techniques et les matières premières, nous avons opté pour une production à la découpe Laser et l’utilisation de l’acrylique, plus accessible. Nous avons passé les deux premiers jours à concevoir et tester quelques modèles de visières. Après optimisation, nous nous sommes lancés dans la production en série. Notre équipe est constituée de 4 personnes, des jeunes en situation de décrochage scolaire et/ou défavorisés et formés au Fablab. Le travail consiste principalement à des découpes au laser, l’assemblage des transparents, l’assemblage du cadre avec la pièce frontale et l’insertion des élastiques.

Les membres de l’équipe; de gauche à droite : Mohamet Bassirou (chef de projet et opérateur des machines de découpe laser), Emmanuel Boulama (chargé de l’assemblage du cadre avec la pièce frontale), Fabrice Teiffouet (chargé de l’insertion des élastiques), Mouhamed Ngombiafon (chargé de l’assemblage des transparents)

Racontez-nous une journée au Fablab depuis le lancement de ce projet…

Lorsque nous nous retrouvons le matin, nous faisons le point sur l’état d’avancement. Nous faisons ensuite un état des composants en quantité insuffisante et nous lançons la découpe. L’équipe d’assemblage prend le relais. A midi, nous prenons une courte pause. Après cette dernière, nous reprenons notre travail jusqu’à 16h et nous arrêtons pour inventorier la production et procéder à la maintenance des machines ainsi qu’au nettoyage du Fablab.

Chaque jour, une personne passe à la découpe des différentes parties de la visière. Les pièces sont transmises à l’atelier d’assemblage constitué de trois personnes. Une personne qui assemble le cadre et la partie frontale, une autre personne insère les élastiques et une autre enfile le transparent (visière) et classe. Tout le monde s’active à l’empaquetage à la fin de la journée, au nettoyage et la maintenance des machines.

Ce projet est-il similaire à ceux sur lesquels vous avez l’habitude de travailler ?

Le projet en lui-même n’avais jamais été réalisé dans notre Fablab avant cette pandémie. Il convient toutefois de préciser que nous avions les différentes techniques mises en œuvre dans le cadre de la réalisation de ce projet.

Depuis le début de ce projet, vous avez certainement connu des hauts et des bas. Quelle a été votre plus grande satisfaction et à l’inverse qu’auriez-vous souhaité faire autrement ?

Notre plus grande satisfaction reste l’objectif que nous avons atteint et le résultat obtenu. Pendant que nous arrivons à la fin de ce projet et vu les premières mises en utilisation, Orange Cameroun vient de nous solliciter pour une autre production au bénéfice de leur personnel.  Par contre, nous avons eu des difficultés liées à la disponibilité des matières premières au niveau local.

Date de publication : 12/05/2020

Dans votre région

Quatrième réunion du Conseil régional d’orientation stratégique de l’AUF en Afrique centrale et Grands Lacs
Lire la suite
Analyser l’impact de la pandémie de la Covid-19 sur les violences domestiques au Cameroun
Lire la suite
La commission régionale des experts de l’AUF en Afrique centrale et Grands lacs a tenu sa première session annuelle
Lire la suite

Ailleurs à l'AUF

Némésis Srour : Les échanges que l’AUF promeut favorisent un réseau de circulations des savoirs
Lire la suite
Zoom sur les projets de recherche COVID19 (6/7) : l’Université de Bordeaux
Lire la suite
Le scanner thermique intelligent : une solution à l’aide du système de santé moldave
Lire la suite