Valorisation des sous-produits de transformation de fruit de cajou de Madagascar (ValCaj)

Fruit de la noix de cajou

Objectifs :

Appuyer l’évolution de la chimie industrielle et académique vers l’écologie industrielle à travers la valorisation des déchets de la noix et de la pomme de cajou.

Ce projet ambitionne de développer des produits à haute valeur ajoutée à partir de ces déchets en utilisant des méthodes industrialisables dites « vertes ». Son objectif consiste à valoriser les sous-produits de l’industrie de transformation de fruits de cajou (Anarcadium occidentale, Anarcadiaceae) en appliquant des méthodes sélectives mais industrialisables.

Par son action, l’AUF souhaite aider la transformation des résultats de recherche en activités économiques, et contribuer ainsi au développement du pays.

Public cible :

  • Les entreprises de production de noix de cajou à Madagascar
  • Les industries malgaches utilisant des détergents et des surfactants et leurs homologues européens
  • Les industries des polymères

Pays d’intervention :
Madagascar

Dispositif ou activité :

Valorisation des huiles de coques de noix et des pommes de cajou de Madagascar

  • Travaux de recherche en laboratoire
  • Études économiques
  • Réseautage et montage de projets communs entre laboratoires de recherche sur la chimie verte et les industries
  • Symposium international « Chimie écologique, Écologie chimique pour un développement durable dans l’océan Indien »

Rôle de l’AUF dans cette action :
Financier et expertise technique

Coordonnateur du projet :
Vestalys Voahangy Ramanandraibe, (Directeur du laboratoire international associé, Université d’Antananarivo / Université de Lyon 1 – Mention « CHIMIE » – Domaine « Sciences et Technologie »)

Partenaires opérationnels :

  • Université d’Antananarivo (pays : Madagascar)
  • Université Claude-Bernard Lyon 1 (pays : France)

Budget :
40 000 euros

Principaux résultats attendus

  • Le découverte de méthodes sélectives industrialisables (brevetées si possible) soient découvertes
  • L’obtention de plusieurs dérivés, moins toxiques, biodégradables, à fortes valeurs ajoutées soient obtenus
  • Le publication des résultats obtenus (sur les plans économique et chimique) soient publiés
  • La mise en place de partenariats avec les industriels locaux soient mis en place

Période :
2014 à 2017

En vidéo…