Le développement numérique face à la crise sanitaire : des opportunités à saisir

IMG_1046

Inauguré en décembre 2018, le centre pour développeurs #IvoTech est une initiative conjointe de l’Université d’Antananarivo, Orange Madagascar et de l’AUF en Océan indien. Hebergé au sein du Campus numérique francophone d’Antananarivo, le centre a dû être fermé et se réinventer pour pouvoir continuer à proposer ses services à son public. Madame Ange Rakotomalala, responsable du centre nous en parle.

  • Quels sont les impacts de la crise sur les activités d’#IvoTech ?

Comme tout le monde, nous avons été pris de court par les mesures de confinement. Nous avons commencé un programme d’accompagnement de 6 mois à destination des jeunes dans le domaine de la robotique, en partenariat avec la Communauté Girls Robotika, mais à cause du confinement, les activités ont donc été aussitôt suspendues. À partir de là nous travaillons à distance grâce aux outils collaboratifs. Nous avons informé nos bénéficiaires et partenaires sur la continuité de nos activités et sur les services accessibles en ligne tels que les bibliothèques BNEUF et Scholarvox ainsi que l’assistance à distance des porteurs de projets sur des questions touchants les TIC-E & FOAD (Formations Ouvertes et à distance) . Ce contact nous a permis de collecter des informations dans le but de mettre en œuvre quelques activités.

  • Face à cette nouvelle organisation, pouvez-vous nous parler des activités organisées durant cette période ?

Suivant l’esprit de #IvoTech, certaines activités sont co-construites tandis que d’autres sont de notre propre initiative. Tout comme nous, les communautés gravitant autour du numérique et du développement d’applications ont souhaité poursuivre notre partenariat en proposant des activités, par conséquent nous avons décidé d’un commun accord de mettre en œuvre des ateliers en ligne sur la base des thématiques définies ensemble.

Habituellement, les activités de #IvoTech sont destinés à un public large et varié, par conséquent elles s’accommodent très bien à un public en ligne. Ce qui n’empêche pas de prendre en considération d’autres demandes plus particulières :  sur des besoins spécifiques en termes de connaissances informatiques et de recherche d’outils simples permettant de développer des sites web éducatifs nous ont été remontés par des doctorants et des enseignants. Les réflexions sont en cours pour y donner suite.

  • Au vu de l’évolution de la situation actuelle, comment envisagez-vous la poursuite des activités d’#IvoTech ?

#IvoTech est un lieu destiné à favoriser les interactions et la collaboration, il va de soi qu’il faut le faire vivre dès que les circonstances le permettent.   Les ateliers en ligne seront néanmoins maintenus car ils permettent de fournir des services à des personnes qui ne peuvent pas venir sur place et atteindre plus de public. En effet, nos dernières séances sur l’utilisation de Scholarvox ont été suivis aussi bien par des personnes en région que dans d’autres pays (Kenya, Maurice). Dans certains sites, les participants se sont organisés localement pour assister en groupe aux ateliers. Finalement, notre réflexion portera plutôt sur comment ajuster les contenus afin que les deux types d’activités (en présentiel et à distance) contribuent à générer des ressources permettant au projet de fonctionner. En tout cas, nous continuons de collecter des informations sur les cibles pour mieux connaître les profils, les thèmes qui intéressentainsi que d’éventuels besoins en termes de formations plus poussées.

  • Quel bilan faites-vous de cette période par rapport aux missions d’#IvoTech ?

Cette expérience a transformé les rapports sociaux en y imposant les usages du numérique, et pas uniquement sur les réseaux sociaux. C’est sans doute la première fois que je constate une telle réactivité de la part des universitaires et reçu autant de demandes. Par conséquent, je pense qu’il y a une opportunité à saisir, des propositions à formuler. Mais je n’avancerai pas des hypothèses car nous sommes encore en pleine collecte d’information. Quand on aura assez de matières à travailler, nous pourrons sans doute réajuster nos offres en y incluant les réflexions sur le modèle économique.

  • Un agenda à nous partager ?

Actuellement, 3 ateliers en ligne sont programmés pour la première quinzaine de juin :

  • Atelier Progressive web app en collaboration avec la Communauté Google Developer Group Antananarivo, le 6 juin 2020
  • Atelier sur la Cartographie des cas de Covid-19 à Madagascar en utilisant le logiciel QGIS en partenariat avec la Communauté OpenStreetMap Madagascar le 10 juin 2020
  • Atelier sur le thème « Usage de R dans l’analyse et modélisation statistiques en sciences humaines » le 12 juin prochain

Pour en savoir plus sur le centre pour développeurs, #IvoTech

Date de publication : 05/06/2020

Région(s)

+ Océan Indien

Dans votre région

Publication de quatre notes d’orientation sur l’assurance qualité interne dans l’enseignement supérieur
Lire la suite
Un partenariat mondial pour le secteur de l’enseignement supérieur
Lire la suite
Objectifs réussis pour les Volontaires Internationaux de la Francophonie de l’AUF et du Service Civique français
Lire la suite

Ailleurs à l'AUF

Focus vidéo projets COVID-19 soutenus par l’AUF : Université de Carthage (Tunisie)
Lire la suite
2 nouvelles universités du Moyen-Orient adhèrent à l’AUF : le réseau régional compte désormais 89 membres issus de 16 pays
Lire la suite
Université Joseph Ki-zerbo (Burkina Faso) : focus sur les projets de recherche COVID-19 financés par l’AUF en Afrique de l’Ouest
Lire la suite