Rencontre des étudiants étrangers des formations francophones à Hanoï

image-3586.jpg

A l'occasion des fêtes de fin d'année, le Bureau Asie-Pacifique (BAP) de l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF) a organisé le jeudi 27 décembre 2012 à l'Amphithéâtre de l'Institut de la Francophonie pour l'Informatique (IFI) une rencontre des étudiants non-vietnamiens suivant leurs études à Hanoi dans des masters francophones, partenaires du BAP. Cette manifestation a permis à des étudiants d'une douzaine de nationalités différentes de se retrouver, d'échanger sur leurs études, leur adaptation au Vietnam, leurs projets professionnels. Ce fut aussi un témoignage du caractère international des formations francophones soutenues par l'AUF. Le Courrier du Vietnam vient de publier, dans sa dernière édition du mois de décembre 2012, l'article « Destination Hanoï pour étudier en français ». Nous vous invitons à lire ci-dessous l'intégralité de l'article.

Cambodgiens, français, lao, sénégalais, ou encore burkinabés, ils sont 110 à avoir choisi la capitale vietnamienne pour poursuivre leurs études dans la langue de Molière. Un choix professionnel ou le résultat d’une opportunité. Rencontre.

rencontre IFI 2

Les étudiants étrangers de Hanoi réunis à l’Institut de la francophonie pour l’informatique ont tous la langue de Voltaire en commun

Les étudiants étrangers des masters francophones de la capitale étaient réunis ce jeudi 27 décembre pour se rencontrer et échanger sur leur expériences et leur projet professionnel. Ils étaient 70 issus de 14 nationalités différentes dans plusieurs domaines.

À Hanoï, 15 Masters francophones accueillent des jeunes pour maintenir autant que faire se peut la langue française sur le marché du travail international. Un tiers d’entre eux sont étrangers sur les 350 qui suivent ces cursus. « Paradoxalement, le plus difficile est de recruter des Vietnamiens, car ils doivent avoir un bon niveau de langue pour suivre les cours et faire une année préalable de français intensif. Ce qui implique de faire le master en 3 ans au lieu de 2. Alors qu’ils peuvent suivre une formation similaire juste à côté », commente Olivier Camp, co-directeur de l’Institut de la Francophonie pour l’informatique (IFI). De leur côté, les étrangers sont une écrasante majorité à venir du Laos, du Cambodge et de France : « Pour les deux premiers, je pense qu’ils sont plus nombreux car plus proches. Et c’est moins onéreux pour ceux qui veulent étudier ailleurs. Quand aux français, beaucoup de formations binomes et de partenariats ont été scellés avec les universités de l’Hexagone ».

rencontre des etudiats

Des objectifs divers

Pourtant, l’explication n’est pas toujours si simple. Et si le français n’est pas une langue que l’on choisit pour une carrière internationale, les jeunes ont souvent d’autres motivations. Hugo vient de l’Université de Toulouse, il est en Master Architecture et paysage. Pour lui, le Vietnam, ce n’est pas seulement étudier à l’étranger : « En France, la notion de paysage est peu présente, et elle l’est réellement ici, c’est très intéressant. Et puis les conceptions sont différentes, notamment celles du temps et des espaces qui sont plus étendus. On travaille donc tout à fait autrement. Ma vision de l’architecture s’est transformée ». Du côté de Bunthoeurn, jeune Cambodgien, en Master Management de l’action publique et des entreprises : « J’ai effectué ma licence de droit à Lyon 2 et j’avais envie de me spécialiser dans la gestion d’équipe, tout en poursuivant le français. Je sais que l’anglais ouvre plus de débouchés, mais j’aime cette langue et le système français. Il est plus strict, et on est attentif aux étudiants. Ensuite, je retournerai dans mon pays pour trouver un travail ».

Tall, quand à lui, est burkinabé, et suis une formation en informatique depuis un an. S’il est au Vietnam, c’est parce qu’une opportunité s’est offerte à lui. « Je voulais faire mon Master hors de mon pays. Et l’IFI m’a occroyé une bourse. J’ai donc saisi l’occasion. Ensuite, je pense rentrer au Burkina-Faso ». Même chose pour Farida, la seule algérienne de la promotion 2012-2013. Elle est arrivée en septembre dernier et repart dans deux ans : « Je suis venue pour la formation et non pour le pays, mais je me suis bien habituée. Et comme nous sommes très peu ici de mon pays, j’essaie de promouvoir le Vietnam en Algérie ! ». Les africains en général sont peu nombreux au Vietnam, et à Hanoï en particulier. Mais ils sont une dizaine à l’Institut de la francophonie pour l’informatique. Selon le co-directeur de l’IFI : « Nous essayons de promouvoir notre Master partout dans le monde, mais, plus que mes collègues des autres formations francophones, nous nous sommes beaucoup axés sur l’Afrique ».

Le nombre de Masters francophones est en croissante augmentation. Il n’y en avait qu’un seul il y a 12 ans. À eux s’ajoutent des licences et autres diplômes d’ingénieur. D’autres formations sont également dispensées à Hô Chi Minh-Ville, dans une moindre mesure.

Levesque Eloise

(Courrier du Vietnam)

Date de publication : 31/12/2012

Dans votre région

Mission du Recteur de l’AUF au Congo : renforcer la présence locale de l’AUF et la collaboration avec les autorités
Lire la suite
Palmarès de la 3ème édition du « Prix des jeunes écritures RFI-AUF »
Lire la suite
Inauguration de la Maison des étudiants de la francophonie
Lire la suite

Ailleurs à l'AUF

L’AUF et l’UDUAL misent sur une collaboration autour des universités de la Caraïbe et de l’Amérique latine
Lire la suite
Série d’inaugurations de Centres d’Employabilité Francophones en Afrique de l’Ouest
Lire la suite
Résultats du concours « Quizz JIPF » de l’AUF Caraïbe
Lire la suite