Rencontre avec Mme Joëlle Perreau de l’Université des Seychelles : « Nous envisageons de proposer nos offres de formation au-delà des frontières de notre archipel »

joëlle-perreau
Joëlle Perreau, Doyenne de la Faculté des Arts et du développement Social

Avec l’arrêt des cours en présentiel accompagnant les mesures de confinement, l’Université des Seychelles (UniSey) a adopté rapidement le téléenseignement pour assurer la continuité pédagogique. Malgré la levée des restrictions au début de ce mois de mai, la reprise des cours en présentiel reste partielle. Nous avons rencontré Madame Joëlle Perreau, Doyenne de la Faculté des arts et du développement social pour nous parler de la continuité pédagogique et de la reprise des cours à l’UniSey.

Madame Perreau, vous avez opté pour le téléenseignement afin d’assurer la poursuite des cours, pouvez-vous nous dire comment cela s’est-il passé ?

Oui, l’Université des Seychelles (UniSey) a effectivement instauré un dispositif de continuité pédagogique pendant la clôture due à la pandémie COVID-19.  D’abord nous avons mis en place une cellule de crise, et ce depuis le 13 mars.  Ensuite, tous les enseignants ont préparé leurs séances pour qu’elles soient désormais offertes par téléenseignement.  Étant donné que l’UniSey avait déjà commencé à utiliser une plateforme de travail collaboratif sur laquelle nous avons pu inscrire rapidement tous nos enseignants et étudiants pour que les cours puissent continuer ainsi.  Il est important de noter que nous avons organisé des séances de formation rapide, notamment sur Microsoft Teams, avec nos enseignants et autres personnels de notre institution pour que tout le monde se sente suffisamment à l’aise à utiliser la plateforme.

Certains enseignants ont également utilisé Google classrooms comme plateforme.  Pour les réunions etc. nous avons aussi utilisé Zoom et Skype.

Les examens blancs, qui étaient normalement prévus en présentiel pour mars et avril, ont dû se faire par Teams également.  Vu le changement de mode, nous avons dû développer les politiques et régulations, les faire voter par notre Sénat, avant de pouvoir procéder avec les examens en ligne. Il faut ajouter que les fournisseurs d’Internet locaux ont proposé des offres spéciales pendant la crise et l’UniSey a aussi acheté de nouveaux matériaux électroniques où et quand c’était nécessaire.  L’UniSey a une très bonne équipe informatique et cela a énormément aide pour avancer rapidement.  L’attitude positive de tout le personnel a contribué grandement à la réussite de ces initiatives.

Quelles ont été les difficultés auxquelles vous avez dû faire face ?

Même si nous avons pu basculer assez rapidement en mode téléenseignement, nous avons aussi rencontré quelques difficultés.  La connexion Internet n’a pas toujours été assez rapide et des fois elle ne fonctionnait pas au maximum.  Pas toujours évident de contacter tous les étudiants.  L’UniSey a rencontré des problèmes de serveur – malheureusement un serveur est « mort » pendant la crise et pas moyen d’en procurer un nouveau parce que les magasins locaux n’en avaient pas.  Notre email était en risque à cause de la perte de l’un de nos serveurs principaux.

Quel bilan faites-vous de cette période ?

Cette expérience nous a aidé à renforcer nos offres en ligne et nous avons découvert d’autres capacités et compétences chez nos enseignants.  Les autres personnels de l’UniSey nous ont également démontré la multitude de possibilités qu’ils peuvent offrir à nos étudiants.  Les plateformes téléenseignement et télétravail que nous avons à notre disponibilité, nous permettent d’élargir l’éventail de nos offres et nous envisageons fortement d’aller même au-delà des frontières de notre archipel.  Nous préparons d’autres séances de formation pour nos enseignants pour qu’ils s’améliorent dans cette pédagogie.  Il est intéressant de noter aussi que nous travaillons avec le Seychelles Qualifications Authority pour que nos programmes aient cet aspect hybride – présentiel et en ligne.  Donc, oui, je pense que la pandémie a eu un impact sur l’enseignement supérieur et les méthodes pédagogiques – et nous travaillons pour être en mesure de proposer plus à nos étudiants après cette expérience.

La levée des restrictions suppose la reprise des cours pour ce mois de mai, comment cela se passe pour l’UniSey ?

Nous avons été informés par le Département de la Santé Publique que nous pouvions ouvrir depuis le 11 mai dernier.  Cependant, nous avons dû attendre jusqu’à ce que les équipes sanitaires fassent l’inspection de notre Campus avant de pouvoir accueillir dès le 18 mai nos étudiants. Certains cours continuent en ligne mais d’autres vont se faire en présentiel.  Ceci dit, il faut noter que la quasi-totalité de nos cours sont terminés et les étudiants n’attendent que les examens terminaux.  Chaque section de l’UniSey a proposé des jours où elles travailleront sur place et d’autres jours à la maison.  Ce conseil vient du Département de la Santé Publique pour minimiser le nombre de personnes sur le Campus en même temps.

Date de publication : 19/05/2020

Région(s)

+ Océan Indien

Dans votre région

92 projets financés par l’AUF dans le cadre de son plan d’action spécial COVID-19
Lire la suite
Le programme APPRENDRE dévoile son clip de présentation
Lire la suite
Lutte contre la Covid-19 : Remise des solutions désinfectantes produites par la Mention Pharmacie de l’Université d’Antananarivo
Lire la suite

Ailleurs à l'AUF

Quatrième réunion du Conseil régional d’orientation stratégique de l’AUF en Afrique centrale et Grands Lacs
Lire la suite
Némésis Srour : Les échanges que l’AUF promeut favorisent un réseau de circulations des savoirs
Lire la suite
Zoom sur les projets de recherche COVID19 (6/7) : l’Université de Bordeaux
Lire la suite